AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Kim Chin Hwa
LOUP SOLITAIRE
PROFIL

get to know me
09/07/2016
74
15
Im Keith
28
23/10/1989
ryu seong min (c jamm)



Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasing-the-moon.forumactif.org/t124-kim-chin-hwa-c-est-dans-la-nuit-que-japparais

MessageSujet: 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee   Mar 9 Aoû - 4:19

ft.
BAE Sun Hee
« 35 animaux morts »
Tranches de porc, poulets ou muscles de vaches,
et les crabes vivants, on les jetait dans l'eau bouillante.

La nouvelle était tombée. Pas besoin de lire la presse pour être terrifié. Il suffisait de passer devant un magasin d'électronique, là où les télévisions étaient en vitrine pour voir que l'on ne parlait que de ça. Le Louptrax et ses effets indésirables sur les loups. De quoi terroriser la population. A chaque fois, je levais les yeux aux ciels. La manipulation des masses par la crainte. Oui, nous étions supérieurs! Oui, il fallait nous craindre! En plus du fait que dans les environs, j'avais connaissance de l’existence de deux meutes! Pas une, mais deux! De quoi encore plus terroriser les populations. Plus j'écoutais ses bribes d'infos et plus j'étais heureux de n'avoir prit qu'une seule fois cette merde. Si cela avait rendu un chef de meute fou, qu'est-ce que ça pouvait faire aux autres? Quand bien même mon unique expérience avait été agréable, les sens tout aussi développés que celui d'une bête, l’animosité présente et le cul, du couché au levé du soleil, le tout sous une forme humaine, tout ça, cela ne valait pas de perdre la raison.

Cette histoire m'arrangeait bien cela dit. Si les meutes restaient cloîtrées dans leur territoire, pas la peine de s'inquiéter de leur présence. Je devenais alors un loup presque libre, si seulement je n'avais pas connaissance de la présence d'autres loup, solitaire, comme moi, dans la ville. Ils étaient d'ailleurs invité à rejoindre les deux meutes soit disant protégé par le gouvernement, des associations ou je-ne-sais-quoi. Quel blague! Protégé? Non! Emprisonné! J'étais bien content de camoufler ma nature. Aucun loup pouvait se douter que j'étais l'un des leur. Aucun papier le stipulait. Comparé à ces bêtes, j'étais libre.

Égoïste? Oui, je l'étais et je le serai toujours si c'était pour me garder  en sécurité et préserver cette liberté que certains n'avaient apparemment pas. Moins de loup en ville, moins de concurrence, voilà ce que ça signifiait pour moi. J'adorais l'idée. Que les humains leur mettent une muselière si ça leur chante, j'aiderai ces fous s'ils me le demandent! Au nom de quoi? L'humanité? Ouais. Faut le dire vite. Même avec une race supérieur comme la notre, cela n'empêchait pas les humains de s’autodétruire, la frontière nord et sud de ce pays en était la preuve. Ils n'avaient pas besoin de la menace de notre race, ils étaient leur propre menace, leur propre cauchemar mais c'était et ce sera toujours le propre de l'homme que de vouloir se rassurer, rejeter la faute sur d'autres, gonfler son ego, masquer sa lâcheté. En colère? Oui, je l'étais, malgré la satisfaction que j'en tirai. Si on venait à découvrir ma nature, ils me traiteraient comme tous ceux de mon espèce et ce serait ma perte. Si on venait à mettre de force une muselière à mon seul vrai ami lycan, même si je savais que ce jour arriverai, je ne me doutais pas qu'il arriverait si vite, je devais me taire et laisser faire. Je devais rester pragmatique et laisser ces fous faire. Ce n'était pas mon combat. Je n'avais pas besoin d'une piqûre pour me contrôler. J'avais besoin de liberté et rien d'autre. Attendre et regarder, rentrer dans le rang de leur normalité humaine. Au final, je tenais beaucoup des humains, j'étais aussi lâche et cupide qu'eux.

C'était dans cet état d'esprit, celui de craindre mes semblables que je partais au travail. L'odeur du sang calmera ma colère, l'odeur humaine apaisera mes tourments. Cette farandole olfactive me rendra aussi doux qu'un agneau -bien que récemment, j'ai appris que les agneaux pouvaient aussi mordre-. Kim Chin Hwa, l'humain allait jouer son rôle à la perfection. Huit heure tapante, la réunion matinale des employés humains. Les loups de l'entreprises ne travailleront pas aujourd'hui. Surprise général. Les avaient-ont enfermé eux aussi? Soit. Mais l'abattoir allait disposer d'un service de livraison pour les deux meutes. Donc en résumé, mon patron envoyait de pauvres humains innocents se jeter dans la gueule des loups. Et la logique dans tout ça? Même un enfant de primaire savait que cette initiative était stupide, suicidaire même. Cela n'avait peut être pas échappé au patron quand il annonça le montant de la prime des livreurs. Pas si bête au final et pour deux zéros de plus sur ma paye, j'étais près à jouer au petit humain tout en infiltrant les deux meutes adverses. C'était tout bénef' au final. Sans surprise, j'étais le premier bénévole pour cette dur mission. Après tout, j'étais aussi l'employé humain du mois, et du mois précédent, et de celui qui le précédait aussi. Bref, vous avez compris.

Aujourd'hui, c'était donc les Iriels que nous iront livrer. Matinée, abattage des bêtes, dépeçage, découpage, pendaison. Rien d'inhabituel jusqu'au déjeuner où des consignes de sécurités furent cités. Se couvrir jusqu'au cou devant ces bêtes, ne pas leur être ostiole, décharger le camion en vitesse et rentrer. Ok! Alors ils avaient pensé à tout sauf à la chaleur extérieur avoisinant les trente degrés. Même si nous avions la possibilité de nous rafraîchir dans les chambres froides, nos "combinaisons" de protection ne tiendront pas deux minutes sur nos corps chaud. Décharger des tonnes de viande, c'était un travail éreintant. C'est d'ailleurs ce qu'il se produisit, lorsque nous arrivâmes en territoire Iriel. Le camion s'arrêtait. Au bout d'un allé du camion réfrigérant à leur garde manger, mes collègues et moi fîmes tomber le t-shirt et l'écharpe dévoilant aux bêtes soit disant sauvage et leurs humains de compagnie nos corps, carrés, musclés, viril quoi. Bavez mesdames, bavez messieurs, aujourd'hui c'est gratuit. On touche avec les yeux, on renifle de loin mais attention au premier qui posera ses pattes sur nos corps de dieux grecs. Nous étions -soit disant- que des hommes, mais probablement aussi fort que les plus faibles de leur meute d'où notre métier, physique. Dans la foule qui s'était agglutiné autour du camion, dessinant un couloir pour nos trajets, je pouvais ressentir un regard que j'avais connu. Celui d'un agneau que j'avais voulu, que j'avais eu et qui, une fois nos affaires bouclés, m'avait rejeté. Un sourire se dessinait au coin de mes lèvres. Alors je devais toujours lui faire de l'effet? Dans mon rôle d'humain épuisé, je prenais l'air déterminé, comme si son regard m'encourageait à persévérer. Soulevant la viande que je trimbalais avec plus de conviction, j'accélérais la cadence, faisant plus travailler mes muscles, les gonfler, sortir mes veines. Comme un mâle faisant sa parade nuptiale à la femelle convoitée. A la fin de mon travail, je trouverai le temps de lui adresser quelques mots, le complimenter sur sa nouvelle coupe de cheveux, lui demander si le spectacle lui a plu, ou autre, s'il m'en laisse l'occasion. Même restreints à leur territoire, les deux meutes m'intriguaient et manipuler l'un d'eux pour avoir des infos des deux camps me servirait probablement pour plus tard. J'avais donc tout intérêt à bichonner cet agneau comme je le faisais actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Sun Hee
HUMAIN
PROFIL

get to know me
03/07/2016
76
39
24
03/09/1993
Go Sang Gil



Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasing-the-moon.forumactif.org/t42-bae-sun-hee-my-heart-beats-to-the-sound-of-silence#100

MessageSujet: Re: 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee   Mar 9 Aoû - 20:08

35 animaux morts
Chin Hwa & Sun Hee
Tu crois connaitre la vie. Tu es au bord des choses et tu la regardes passer, mais tu ne la vis pas.Pas vraiment. Tu es juste un touriste. Un fantôme.Puis tu la vois. Tu la vois vraiment.Ça rentre dans ta peau et vit en toi, et tu ne peux pas t'échapper

J’avais tenu le coup et j’étais plutôt fier de moi. Je n’avais pas appelé. Je n’avais pas non plus effacé le numéro, mais c’était déjà un grand pas. Je me faisais toujours avoir, je n’avais jamais assez de volonté surtout lorsqu’il s’agissait de beaux mecs. Son attitude m’avait poussé à me remettre en question et à ne plus céder à mes pulsions. Je ne voulais plus être celui que j’étais. Beaucoup trop faible et avec un look de nana. J’étais un homme après tout et je devais essayer d’y ressembler. Sur un coup de tête j’étais allé me faire couper les cheveux. Mes cheveux que j’adorais et dont je prenais soin. Il fallait bien faire quelques sacrifices. Malheureusement je n’avais pas encore pu tester mon nouveau charme. Je me retrouvais cloitrer à la maison à cause de cette histoire de sérum. Je n’y comprenais rien, personne ne voulait m’expliquer, je devais simplement ne pas sortir du territoire. C’était frustrant. J’avais envie d’aller m’amuser, boire un verre, tester mon nouveau style auprès de quelques beaux garçons et surtout enfin rencontrer quelqu’un !

Je m’ennuyais, je passais mon temps à trainer au lit et à lire des bouquins qui ne m’intéressaient pas. Tout le monde était agité, l’ambiance était pesante. Personne n’était en mesure de me dire combien de temps j’allais rester prisonnier. J’avais tenté de m’enfuir une fois, mais ma mère m’avait rattrapé par la peau des fesses. Il fallait bien essayer. Ces histoires entre loups et humains commençaient à me les briser sérieusement. Pourquoi en faire des monstres ? Ils étaient comme nous, simplement plus puissants. Il n’y avait pas besoin d’inhiber leur véritable nature. Et puis j’étais humain, je ne représentais aucun danger. L’heure de la bouffe avait sonné. Et même si je détestais ça, c’était la seule attraction de la journée alors je devais m’y rendre.

Je me retrouvais au milieu des loups excités par l’odeur du sang, alors que j’en avais tout simplement la gerbe. Je lâchais un léger rire. Il était là. C’était une blague. J’avais fait de mon mieux pour rester éloigner et il débarquait ici, à moitié nu, encore plus beau. Je le détestais. Son regard dans le mien me fit frissonner et je secouais la tête pour reprendre mes esprits. Je ne voulais pas participer à son petit jeu. Il avait dû se trouver de nouvelles victimes depuis la dernière fois. Je tournais les talons pour retourner dans la maison, pas pour m’y réfugier, pour prendre une bouteille d’eau fraîche. J’étais encore en colère contre lui mais c’était plus fort que moi. Ce n’était rien après tout, un geste poli envers une personne travaillant dur. J’essayais vraiment de me convaincre que je n’avais pas craqué pour lui. Ce n’était pas chose aisée.

Je traversais la foule, me prenant quelques coups de coude au passage. J’attendais qu’il termine, un peu dégoûté par tout ce sang sur son corps. Je tentais d’en faire abstraction et lui tendait la bouteille une fois devant lui.

« Tiens. Rafraichis toi, comme ça tu pourras repartir plus vite ! »

Ce type était trop dangereux pour moi, il allait me briser. Je le savais alors pourquoi est ce que je ne pouvais pas me fermer ? Simplement l’ignorer. Faire comme s’il n’avait jamais exister. Je laissais courir mon regard sur ses muscles. Il m’avait manqué en fait. Lui, son odeur, ses mains, ses caresses, sa brutalité. Tout. J’avais l’impression que son regard traversait mon âme et je me sentais déstabilisé.

«Pourquoi t’as pas peur de venir ici ? »

Plus personne ne voulait approcher les meutes et je doutais qu’il soit juste venu pour mes beaux yeux. J’étais naïf mais pas idiot. Je croisais les bras, détournant le regard. Je n’arrivais pas à le contempler sans sentir mon cœur s’accélérer dans ma poitrine.
Made by Neon Demon




WILD HEART
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Chin Hwa
LOUP SOLITAIRE
PROFIL

get to know me
09/07/2016
74
15
Im Keith
28
23/10/1989
ryu seong min (c jamm)



Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasing-the-moon.forumactif.org/t124-kim-chin-hwa-c-est-dans-la-nuit-que-japparais

MessageSujet: Re: 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee   Mer 10 Aoû - 3:03

ft.
BAE Sun Hee
« 35 animaux morts »
Tranches de porc, poulets ou muscles de vaches,
et les crabes vivants, on les jetait dans l'eau bouillante.

Sous le regard attentif de presque toute la meute, il m'était impossible de me faufiler. Sur mon chemin, je jetais de rapide coup d’œil autour de moi. Une forêt verdoyante entourait leurs habitations, des maisons de bois ressemblant à des chalets de montagne. J'aurais pensé leur repère pittoresque mais il n'en était rien. Malgré les matériaux primaires, on devinait que cette meute était familière avec la technologie des hommes. Leur peuple? Des femmes, enfants, je ne voyais pas de guerriers, ils étaient vêtus comme ceux de la ville. Les Iriels ne ressemblait pas à la meute que j'avais combattu. Ils n'avaient pas l'air sauvage comme les bêtes que j'avais tué et qui avaient tué mon père. Étaient-ils vraiment différents de la meute des montagnes du nord? Ou paraissaient-ils plus humain pour séduire leur bétail. Intelligente créature dont je devais d'autant plus me méfier mais qui à présent m'intriguait davantage.

Le temps d'un allé-retour, Sun Hee avait disparu. Peut être n'avait-il finalement, pas apprécié le spectacle que je lui offrais. Pourtant, il m'avait semblait toujours sensible à mon charme. J'en étais déçu bien que cela me permis de me concentrer sur mon travail. Une fois notre camion déchargé, mes collègues et moi-même étions presque sur le départ. Presque? Oui, nous attendions le paiement pour la viande. Surprise! De la foule qui nous entourait sorti de nouveau l'humain qui avait partagé mes draps, ce dernier m'offrant une bouteille d'eau fraîche. Alors il n'était pas si insensible que ça! Un sourire aux lèvres, j'acceptais son présent malgré ses mots, buvant de grosse gorgée. Un filet d'eau s'échappait du coin de mes lèvres, le goulot étant trop étant trop petit, ce dernier dessinait une ligne tombant sur mon cou pour enfin s'écraser dans le creux de ma clavicule. Je baissais la tête, profitant de la fraîcheur de la boisson dans mon gosier. "Merci." Un mot. Rien de plus. Mes collègues nous regardaient, certains étant probablement curieux par notre échange, d'autres amusés par les idées qu'ils pouvaient se faire. L'un d'eux me poussa même du coude, me faisant avancer d'un pas vers Sun Hee. Je tournais la tête brusquement vers lui alors qu'il me gratifiait d'un clin d’œil à peine exagéré. Putain les bouchers et leur subtilité!

Je reportais mon attention sur l'humain Iriel, embarassé du comportement des hommes. "E-excuse les, ils sont un peu... brusque?" C'était l'hôpital qui se foutait de la charité. Je le savais, j'étais tout aussi rentre dedans qu'eux, probablement moins lourd, fort heureusement. S'en suivit une question, si j'avais peur. Peur? Moi? Pff! Au début oui, mais maintenant, j'étais mitigé. Certes il devait y avoir des combattants hors pair, mais ils devaient se compter sur les doigts d'une main. Pourtant, il s'agissait d'une meute et j'étais bien placé pour le savoir, moi qui avait presque réussit à éradiquer une meute entière, ce n'était pas chose aisé. J'offrais à mon agneau un sourire malicieux. "Parce que si un Iriel m'attaque, tu seras là pour me protéger?" Et c'était ça ma réponse? Je ricanais, pour reprendre mon numéro de charme. "Qui te dit que je ne suis pas terrifié? Mais j'avais envie de te voir alors j'ai insisté pour livrer la viande." Faux. Je n'étais là que pour les deux zéros avant la virgule sur mon chèque à la fin du mois. Peut être pour satisfaire ma curiosité, mais ça, c'était un bonus, c'était l'argent qui m'avait motivé à pénétrer incognito dans la tanière des méchants loups.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Sun Hee
HUMAIN
PROFIL

get to know me
03/07/2016
76
39
24
03/09/1993
Go Sang Gil



Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasing-the-moon.forumactif.org/t42-bae-sun-hee-my-heart-beats-to-the-sound-of-silence#100

MessageSujet: Re: 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee   Mer 10 Aoû - 15:16

35 animaux morts
Chin Hwa & Sun Hee
On se sent tous un peu seuls, et tout ce qu’on veut c’est... c’est juste que quelqu’un fasse enfin attention à nous et que cette personne nous dise qu’on est beau, et séduisant, et qu’elle dise qu’elle a envie de... de...

Ce mec était une véritable torture. Il était tout ce que j’aimais et il était sous mes yeux. Je fixais la goutte d’eau couler le long de son menton en me mordillant la lèvre. Il allait vraiment finir par me tuer. J’étais trop préoccupé par son corps pour remarquer ses collègues. Je les apercevais à peine. Depuis combien de temps est ce que je n’avais pas vu un homme un vrai ? Rester cloîtrer dans la meute m’avait coupé de toutes mes occupations préférées. Je remerciais presque l’un d’eux de l’avoir pousser vers moi. Je me retenais de me rapprocher à mon tour. J’avais autant envie de lui que de fuir. Entendre sa voix me fit frissonner. Je l’avais rêvé plusieurs fois, mais ce n’était pas aussi intense. En quelques secondes il me faisait redevenir une adolescente lors d’un premier rendez-vous. Je secouais la tête pour lui signifier que ce n’était pas grave.

« Plus brusque que toi ça m’étonnerait. »

Il aimait la brutalité autant que moi et c’était sûrement ce qui m’excitait le plus chez lui. Un simple de ses sourires me faisait oublier mes inquiétudes. Ce type m’avait rendu accro en quelques heures et même si je ne lui avais pas téléphoné, je n’avais pas cessé de penser à lui. Je le détestais pour me rendre aussi faible. J’avais fait de gros efforts pour être un peu moins sensible, pour retenir mes pulsions, mais il pulvérisait tout sur son passage. Je laissais échapper un rire nerveux.

«Oui t’as raison, je te protégerai. Ils n’ont pas le droit de me faire de mal, même si je suis à moitié loup ! »

Et puis ils m’appréciaient aussi. Après tout j’avais grandi parmi eux. Ils étaient ma famille tout simplement. Je n’avais pas hérité du bon côté, je n’étais qu’un simple humain, mais j’avais le sang de ma mère dans mes veines. J’étais fier de ce que j’étais. Il me sorti de mes pensées avec sa phrase de charmeur tout droit sorti d’un film à l’eau de rose. Je haussais un sourcil, attrapant son bras pour nous sortir de la foule et de tous les regards. J’allais me faire emmerder si certains entendaient ce genre de mots. J’avais passé l’âge de me faire taquiner sur mes relations non amoureuses.

« Te fous de pas ma gueule Chin.» J’adorais prononcer son nom. « T’en as rien à foutre de personne. T’es là pour t’envoyer en l’air ? Qu’est ce que tu veux vraiment ? »

Je ne voulais pas croire qu’il était venu pour moi. Ce serait dérangeant. Si je commençais à y croire, j’allais m’accrocher à lui et il n’était pas fait pour moi. Il était un fantasme, un coup comme ça, mais il me ferait souffrir si je commençais à croire à ses belles paroles. Je tentais d’attraper une mèche de mes cheveux, mais j’oubliais souvent qu’elles n’étaient plus là. Je glissais ma main dans mes cheveux un peu gêné par la situation. C’était agréable de se sentir désiré même si pour lui ce n’était qu’un jeu. Je voulais plus qu’une nuit de temps en temps, je voulais être plus qu’une de ses conquêtes de passage. Mais ce que je voulais il ne pouvait pas me le donner.

« Tu me rends dingue ok ! C’est pas possible ce que tu fais ! Je veux pas de ça. Je veux pas de la relation pourrie que t’essaye de me proposer. »

Il me faisait complètement craquer et je n’avais qu’une envie, me jeter sur ses lèvres. Je n’arrivais pas à tout garder pour moi. Je n’étais pas fait pour jouer les insensibles, mais je ne voulais pas lui donner satisfaction.  Si je lui laissais comprendre que j’étais tombé entre ses griffes, c’était fini pour moi.
Made by Neon Demon




WILD HEART
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Chin Hwa
LOUP SOLITAIRE
PROFIL

get to know me
09/07/2016
74
15
Im Keith
28
23/10/1989
ryu seong min (c jamm)



Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasing-the-moon.forumactif.org/t124-kim-chin-hwa-c-est-dans-la-nuit-que-japparais

MessageSujet: Re: 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee   Mer 10 Aoû - 19:07

ft.
BAE Sun Hee
« 35 animaux morts »
Tranches de porc, poulets ou muscles de vaches,
et les crabes vivants, on les jetait dans l'eau bouillante.

J'appris une nouvelle qui était plus qu'étonnante de la bouche de cet homme. Sun Hee était comme moi, un métisse. J'arquais un sourcil, tout de même perplexe. Les métisses pouvaient naître humain alors? J'ignorais bien des choses sur mon espèce. J'avais grandit à l'écart de mes semblables, les seuls que ma famille connaissait voulant nous tuer. Il était donc normal que j'ai des lacunes sur le sujet. Mon père ne m'avait jamais parlé de la vie en meute, ni même de notre espèce. La seule chose qu'il m'avait dit était que les loups comme moi, les métisses, étaient tué à la naissance. La loi des Iriels devait être bien différente de la seule meute que j'avais pu avoir en face de moi à vivre avec des humains, à les accepter, les protéger, s'accoupler avec et même garder en vie les métisses hybrides.

Je ne relevais pourtant pas ses mots, l'étonnement qui se lisait sur mon visage était une réponse suffisante. S'en suivit mon baratin. Je pensais qu'il apprécierait entendre ce genre de phrase, que flatter son ego me permettrait de refermer mon piège sur lui mais non. Il me tira plus loin pour me sermonner. Il avait bien fait. L'homosexualité n'était pas approuvé par la société humaine. Si mes collègues nous avaient entendu, j'aurais le droit à plus de moqueries que celles qui m'attendait déjà. Le coup de la bouteille d'eau, ça, ils ne le laisseraient pas passer et je devrais justifier les actes de Sun Hee par un mensonge de plus. Tout ça pour avoir la pais. Je croisais les bras et fronçais les sourcils en l'écoutant. "Pourquoi tu rapportes tout au cul?" Il avait tord, sur toute la ligne et mon énervement commençait à se lire au ton de ma voix. "Je suis là pour bosser, livrer de la viande, la décharger du camion, recevoir le paiement de votre chef ou je-ne-sais-quoi puis partir! Te voir c'est mon bonus!" Je soupirai, adoucissant ma voix en voyant son acte manqué. Un sourire d'une douceur extrême aux lèvres, je levais la main pour caresser sa joue, remontant à sa chevelure. "Je suis vraiment content de te voir. Ta nouvelle coupe te va bien." Je savais être gentil, parfois.

Ma bonne humeur était presque retrouvée, presque. Mon petit agneau allait craquer, je le sentais. Pour une fois, il exprimait approximativement ce qu'il voulait. Je me pinçais les lèvres en le regardant. "Je ne t'ai rien proposé." D'un côté c'était vrai. Je ne lui avais rien dit sur mes intentions à l'exception du fait que j'avais marqué mon territoire sur son cou. Je soupirai pour reprendre tout de suite avant qu'il s'énerve. "Tu m'as dit que si je te voulais, je devais te courir après, mais je fais comment si t'es enfermé ici, si à chaque fois que je m'approche tu me renvoies chier? Dis moi ce que tu veux, donne moi une chance!" J'étais déterminé. C'était cet agneau que je voulais et pas un autre. Je pensais avoir fait tombé sa garde, je pensais bientôt atteindre mon but.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Sun Hee
HUMAIN
PROFIL

get to know me
03/07/2016
76
39
24
03/09/1993
Go Sang Gil



Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasing-the-moon.forumactif.org/t42-bae-sun-hee-my-heart-beats-to-the-sound-of-silence#100

MessageSujet: Re: 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee   Mer 10 Aoû - 20:25

35 animaux morts
Chin Hwa & Sun Hee
On se sent tous un peu seuls, et tout ce qu’on veut c’est... c’est juste que quelqu’un fasse enfin attention à nous et que cette personne nous dise qu’on est beau, et séduisant, et qu’elle dise qu’elle a envie de... de...

Il savait y faire la canaille. Je n’arrivais même plus à savoir ce que je voulais, moi qui était pourtant sûr de moi quelques minutes auparavant. Pourquoi est-ce que je ramenais tout au cul ? Parce que je ne connaissais que ça et je le voyais mal vouloir autre chose de moi. Je me mordillais la lèvre, me sentant coupable de l’avoir sermonné mais j’aimais le sentir en colère, jamais quand il haussait le ton. Je ne voulais pas m’excuser, ça lui ferait trop plaisir et je n’étais pas encore arrivé à ce stade. Je me raidis immédiatement en sentant sa main contre ma joue en essayant de contrôler les battements de mon cœur. Je n’osais pas bouger, je ne voulais pas qu’il retire sa main. La chaleur de son corps m’avait manqué. Je levais la main pour attraper la sienne. Je ne lâchais pas, pas tout de suite.

« Merci. Moi aussi je suis contente de te voir. »

Je sentais le rouge me monter au joues en me rappelant que c’était à cause de lui et pour lui que je m’étais coupé les cheveux. Non, il ne m’avait rien proposé, pas clairement en tout cas. J’avais peut être mal interpréter ses gestes. Je posais mon autre main sur mon cou, là où il avait laissé sa marque. Je l’avais regardé s’atténuer jusqu’à ce qu’elle disparaisse et je me sentais un peu triste de ne plus la voir. Personne avant lui n’avait voulu m’avoir à ce point-là.
Je finis par lâcher sa main pour torturer le bas de mon T-shirt. Il avait raison. Je n’avais plus le droit de sortir et je ne faisais que le rembarrer. Je n’étais pas très juste, mais je me protégeais. Je me sentais mal à l’aise, je sentais que je n’allais pas tarder à craquer, et finir par ramper à ses pieds.

« Je suis obligé de le faire. Je suis obligé de t’envoyer te faire foutre parce que tu vas me faire du mal. Et j’ai plus le courage là. Je pense pas que tu sois en mesure de promettre de ne pas me blesser.»

C’était évident. Chin n’était pas le genre de type à se poser gentiment avec quelqu’un et à vivre une vie de couple. Je n’étais pas fait pour ça non plus, mais je voulais de la stabilité, quelqu’un sur qui je pouvais compter et avec qui je me sentirai bien. J’en avais assez de courir à droite à gauche. Mais il était là et honnêtement, je n’avais pas envie qu’il parte. Pas tout de suite. J’attrapais son poignet pour le trainer avec moi jusqu’à la maison. Je ne lui avais pas vraiment laissé le choix. Je n’aurai qu’à dire que j’avais invité mon ami que je n’avais pas vu depuis longtemps si on me posait la question. Je ne disais pas un mot, le faisant simplement monter à l’étage jusqu’à ma chambre. Elle était simple à part la montagne de fringues de chaussures, et quelques photos.

« Je me suis dit que tu voudrais peut être prendre une douche avant de partir ? »

Et c’était une bonne excuse pour le garder encore un peu avec moi. Il me plaisait tellement que je n’avais pas la force de le repousser pas encore une fois. Je m’asseyais sur mon lit pointant la salle de bain du doigt. Je voulais être à lui, mais je voulais également qu’il soit à moi. Rien qu’à moi. Je ne voulais pas le partager. Je voulais que ce corps m’appartiennent et qu’aucun ou aucune autre n’y pose ses mains.
Made by Neon Demon




WILD HEART
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Chin Hwa
LOUP SOLITAIRE
PROFIL

get to know me
09/07/2016
74
15
Im Keith
28
23/10/1989
ryu seong min (c jamm)



Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasing-the-moon.forumactif.org/t124-kim-chin-hwa-c-est-dans-la-nuit-que-japparais

MessageSujet: Re: 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee   Jeu 11 Aoû - 19:31

ft.
BAE Sun Hee
« 35 animaux morts »
Tranches de porc, poulets ou muscles de vaches,
et les crabes vivants, on les jetait dans l'eau bouillante.

Je le sentais. Je n'étais plus qu'à un cheveux de toucher mon but. Sun Hee allait craquer. Il ne rejetait pas ma main, au contraire, il posait la sienne sur la mienne, m'encourageant à la garder sur sa joue, à la glisser plus haut sur son crâne pour que je perde mes doigts dans la chevelure. Au début, il avait été froid, mais je le sentais s'adoucir. Déjà, il m'avouait être content de me voir. Je pensais retrouver le Sun Hee que j'avais connu au début, le gentil Sun Hee qui s'inquiétait pour les gens qu'il connaissait à peine, celui qui donnait volontiers un coup de main aux autres, toujours un mot gentil en bouche. Le Sun Hee doux et manipulable du début. Il m'avouait que s'il agissait ainsi, c'était pour se protéger. Se protéger? Oui. Se protéger du mal que je pouvais éventuellement lui faire. Bêtise. Je ne lui ferai pas de mal. Du moins, s'il n’apprenait pas que je m'accroche pour le manipuler, s'il n’apprenait pas le nombre que conquête différente que je pouvais avoir en une semaine et s'il n'apprenait pas mes réelles motivation pour le garder près de moi, il n'aurait pas mal. Je soupirais. "Je ne peux pas te le promettre. Personne ne le peut. Il y a toujours un moment où l'on fait mal à l'autre sans s'en rendre compte. Mais si tu t'arrêtes là, si tu continues à rejeter tous ceux qui veulent t'approcher de peur d'être blessé, tu pourrais passer à côté de chose merveilleuse." Ça, c'était des mots sincères. Je ne parlais pas en connaissance de cause. Je ne m'étais jamais accroché à quelqu'un, les coups foireux des autres ne m'avaient jamais atteint. Dans un sens, je le savais qu'il avait raison. Je me foutais de tout le monde sauf de ma famille, de feu mon père, de ma mère et probablement d'une autre personne, une seule autre personne, un ami, mon seul vrai ami et ce n'était pas le garçon en face de moi. Pourtant, je savais que mes mots étaient vrais et si j'en étais persuadé, c'était parce qu'une fois dans ma vie, j'avais accepté quelqu'un autre que ma famille. Que j'avais vécu des choses merveilleuses avec lui que je n'aurais jamais pu vivre seul.

L'humain ne me laissait pas le choix. Il attrapa mon poignet pour me guider jusqu'à une maison. Sur la route, j'observais silencieusement. L’intérieur était spacieux, propre. Ça me faisait rêver. Jamais je n'avais vu d'aussi belles et grandes maisons. Cet environnement me changeait de mon 20m² miteux. Il m’entraînait jusqu'à une pièce, à en croire les meubles, ça devait être sa chambre. Elle était plus grande que mon appartement entier et ça me faisait marrer de voir le luxe dans lequel cette meute vivait. Comment pouvaient-ils vivre ainsi? Que faisaient-ils pour avoir ce niveau de vie? De confort? Je regardais autour de moi, impressionné par les montagnes de vêtement lorsqu'il me coupa dans ma contemplation. Que je prenne une douche? Oh non, non, non! Mauvaise idée. Si je prenais une douche, l'odeur humaine sur mon corps disparaîtra et ma vraie nature sera dévoilé. Il fallait que je trouve un truc pour échapper à cette douche. "Euh... tu penses que c'est une bonne idée? L'odeur du bétail ne camoufle pas mon odeur humaine?" Bonne idée ça. Jouer sur le risque de se faire croquer! "Tant que je suis ici, je suis plus rassuré d'avoir du sang qui n'est pas le mien sur moi. Je me doucherai en rentrant." Bien Chin Hwa, parfait! Il n'insistera pas! Maintenant, il fallait que je change de sujet. Que je trouve autre chose pour qu'il oublie. "Je me demande comment vous faites pour vivre dans ce luxe. Vous gérez des entreprises ou quoi?" Bien! J'allais faire d'une pierre deux coups, changer de sujet mais aussi m'informer sur les activités de sa meute. C'était un coup de maître!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Sun Hee
HUMAIN
PROFIL

get to know me
03/07/2016
76
39
24
03/09/1993
Go Sang Gil



Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasing-the-moon.forumactif.org/t42-bae-sun-hee-my-heart-beats-to-the-sound-of-silence#100

MessageSujet: Re: 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee   Ven 12 Aoû - 15:26

35 animaux morts
Chin Hwa & Sun Hee
On se sent tous un peu seuls, et tout ce qu’on veut c’est... c’est juste que quelqu’un fasse enfin attention à nous et que cette personne nous dise qu’on est beau, et séduisant, et qu’elle dise qu’elle a envie de... de...

Je savais qu’il ne pouvait rien promettre, ce serait beaucoup trop facile. Je devais prendre le risque. Et cette fois je n’étais pas sûr de pouvoir me relever. Je le voyais arriver gros comme une maison que j’allais me faire avoir et il me balançait ses belles paroles et ses possibles choses merveilleuses. J’avais du mal à imaginer quelque chose de merveilleux à ses côtés. Je voyais plutôt de la brutalité et des engueulades sans fins. Nous n’étions absolument pas compatibles et notre relation ne serait jamais saine. Je n’aimais pas l’emprise qu’il avait sur moi. Il m’empêchait de réfléchir et de faire les bons choix. C’était sûrement pour cette raison que je l’entrainais dans ma chambre au lieu de le renvoyer chez lui avec un coup de pied au cul.

J’avais l’habitude de notre maison immense, j’y avais toujours grandi. Je n’avais encore jamais travaillé d’ailleurs. Ce ne serait pas une mauvaise idée, ce serait un bon moyen de me dégourdir un peu plus et de faire de nouvelles rencontre un peu moins dangereuses psychologiquement. Je savais que ma chambre était plus grande que son petit appartement et je me sentais un peu mal à l’aise de lui balancer tout ce luxe à la gueule. Je haussais un sourcil. Il prenait les Iriels pour des fous furieux ? Je ne comprenais pas. Mais dans cet état-là, je ne pouvais pas aller me coller à lui. Hors de question d’avoir du sang sur mes fringues tout neuf.

« T’as rien à craindre. On mange pas les humains ici. »

C’était la vérité. On faisait partie de la meute après tout. Je pouvais comprendre que se retrouver au milieu d’une meute de loups affamés pouvait être perturbant, mais au pire j’étais là pour expliquer la situation.

« Je te lave si tu veux ! »

Je doutais qu’il accepte ma proposition mais je pouvais toujours essayer. Un bain ou une douche avec lui n’était pas si désagréable à imaginer. Sa voix me sortit de mes pensées. Je secouais la tête le temps de revenir sur terre. Gérer des entreprises ? Je n’en avais aucune idée. Nous avions toujours eu de l’argent et je n’étais pas au courant de la façon dont il était gagné. Je ne participais pas au renflouement des caisses. Je haussais les épaules.

« Aucune idée. Je suis humain, on ne me dit rien. On prend juste soin de moi. J’ai pas vraiment le droit de savoir ce qui se passe avec les loups. »

Je le fixais, complètement obnubilé par sa beauté sauvage. J’avais envie de lui sauter dessus. Mais je commençais à apprendre à me contrôler et je ne voulais pas lui montrer à quel point il me tenait. J’étais content qu’il soit là, dans ma chambre. Les choses se passaient rarement bien entre nous alors je profitais de ce moment avant que l’un d’entre nous finisse par hausser le ton. Je me levais pour me diriger vers la salle de bain et attraper une serviette que je lui tendais.

« Tu veux pas t’essuyer un peu au moins ? »

Je glissais un doigt le long de son torse. Pourquoi est-ce qu’il avait fallu que je tombe sur lui. Je soupirais, faisant un pas en arrière. Je n’étais pas tomber dans ses filets, je m’y étais carrément jeté.
Made by Neon Demon




WILD HEART
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

PROFIL

get to know me
◆ ◆

MessageSujet: Re: 35 animaux morts ft.Bae Sun Hee   

Revenir en haut Aller en bas
 

35 animaux morts ft.Bae Sun Hee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Habitations-